En raison du COVID-19, notre restaurant est temporairement fermé. En savoir plus

Edito

 

Par Thierry de Stexhe, Directeur à la Ferme de Froidmont Insertion asbl
22 janvier 2021

 

La table de Froidmont entre en hibernation

Notre activité de resto-bulles a été interdite depuis ce 15 janvier. Notre restaurant ne donc peut plus assurer correctement la formation de nos stagiaires, ni produire uniquement des plats à emporter sans perte financière importante. Nous devons donc fermer temporairement.

La table de Froidmont entre en hibernation jusqu’à la réouverture de l’Horeca. Sans doute jusque fin mai ou début juin 2021 lorsque la campagne de vaccination sera bien avancée.  

Le mystère des resto-bulles

En respirant et parlant, nous éjectons dans l’air des particules. Si ces particules sont infectées par le Covid, nous voila contaminés à notre tour.

Porter un masque, aérer les pièces, se parler à distance ou à l’extérieur, réduit fortement la probabilité de contamination. Se laver les mains, encore un peu plus.

Au restaurant, sans masque pour manger et boire, on est proche les uns des autres dans un local bien fermé et chauffé. On s’anime, on touche les mêmes objets. Le Covid adore et voyage allègrement de l’un à l’autre. La probabilité de se contaminer est maximale. Les restaurants ont donc été fermés.

Heureusement, avec sa bulle composée des personnes qui habitent avec nous, on peut vivre sans masque. Comment faire autrement quand on partage le même lit et la même table ? On forme une « bulle ».

Alors, la Table de Froidmont a inventé les resto-bulles. 

Pour recevoir quelques « bulles », chacune dans un local privatisé, désinfecté, aéré , séparé qui devient un cocon-restaurant privé. Avec une entrée et une sortie séparée et des sanitaires privés. Mais oui, les hôtels peuvent servir les repas en chambre sur ces bases. Et aussi avec des chalets de Noel en extérieur. Et, bien entendu, en s’assurant que les convives d’un resto-bulle sont bien de la même bulle. Pas question de mélanger nos virus. En plus, la police veille.

Bien entendu, nous avons vérifié que c’était autorisé , remplis quelques épais dossiers et avons obtenons l’autorisation de les ouvrir. Autorisation accordée jusqu’au 15 janvier. « Si rien ne change, vous pourrez poursuivre ».

Et, "heureusement", rien ne change : ni la réglementation ni la situation sanitaire. Alors, on est heureux de pouvoir poursuivre. On s’investi et on investi pour vous accueillir en bulles dans d’adorables décors avec un service adapté et des menus alléchants. Les amis de Froidmont peuvent venir au restaurant tout en respectant toutes les règles sanitaires et en passant un bon moment.

Et Froidmont continue ainsi de former une bonne vingtaine de stagiaires dont 80 % trouvera ensuite un emploi.

Halte, on ne passe plus

Ce 14 janvier, la nouvelle tombe.

- Les resto-bulles sont interdits, nous dit la commune.
- Mais ... ? Mais pourquoi ?,  demande alors Froidmont, incrédule.
- Voyez le gouverneur !, répond la commune un peu gênée.
- La réglementation a changé, insiste le gouverneur.
- Mais enfin, c’est illogique et incohérent et certainement scientifique Que s’est-il passé ?, dit Froidmont sceptique.
- La règlementation a changé, confirme le cabinet du ministre. « Bon courage »

Nous n’en saurons pas plus sur les raisons de cette modification de réglementation.
A cause des débordements sous prétexte de resto-bulles ?
Par facilité de mettre tout le monde à la même enseigne ?
Pour éviter de différencier les très rares restaurants aptes à travailler en bulles des autres ?

Mystère, mystère.